Close

Qu’est ce que le cododo ?

Quand nous avons eu notre premier enfant il y a 4 ans, j’avais des idées bien arrêtées sur la façon dont devait dormir un bébé : seul dans sa chambre. Ces idées me venaient de ma propre éducation, de l’entourage et même de certains professionnels de santé que j’ai rencontrés. Sur le coup je ne voyais pas la nécessité de remettre ceci en question vu que c’était ce qui se faisait. Emy a donc passé ses premières années seule dans sa chambre et nous nous déplacions quand elle pleurait. Autrement dit nous nous déplacions souvent ! Pour moi dormir avec son enfant entraînait toutes les choses qu’on me disait : mauvaises habitudes, devenir dépendant de son enfant, plus de relation de couple…

Et puis comme je vous l’explique dans mon A propos, durant la deuxième année d’Emy je me suis fortement intéressée à l’éducation bienveillante et le maternage proximal.

Qu’est ce que le cododo ? Au départ je me suis dit : « ce n’est pas fait pour moi du tout, ça ne se fait pas ». Et puis quand Laura est née, je ne me voyais pas du tout la laisser seule à ma sortie de la maternité. Elle a donc fait du cododo dans notre chambre pendant 6 mois. Par la suite nous lui avons installé un matelas au sol dans sa chambre. Nous l’accompagnons dans le sommeil, c’est très facile pour s’allonger à côté d’elle et la rassurer si elle se réveille. Quant à Emy, nous l’accompagnons aussi dans le sommeil. Souvent elle veut s’endormir dans notre lit et y revient parfois dans la nuit quand elle en a besoin. Le cododo est encore en évolution chez nous !

Alors vous me direz, qu’est ce qui m’a fait changer d’avis aujourd’hui ? C’est ce que je vais vous expliquer. Le livre qui m’a le plus inspiré à ce sujet est : Partager le sommeil de son enfant de Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau.

 

Photo Pixabay

Qu’est ce que le cododo ?

C’est un « arrangement du sommeil où la proximité entre l’enfant et ses parents est assez grande pour que ces derniers perçoivent les signaux que peut émettre l’enfant, et que l’enfant perçoive ceux émis par les parents« .

Les enfants ont besoin de leurs parents pour se sentir en sécurité avant de lâcher prise en toute sérénité et s’endormir.

 

Pourquoi le cododo est-il mal vu dans notre pays ?

Notre culture occidentale a tendance à prôner la mise à distance de son enfant pour ne pas en devenir « esclave ». On ne doit pas trop le porter, pas l’habituer à dormir avec nous, le laisser pleurer pour qu’il apprenne à s’endormir seul et ne plus l’allaiter la nuit à partir de 3 ou 6 mois… On apprend aux parents à se détacher des besoins de leurs enfants. En tout cas on leur apprend à ne pas comprendre ses besoins. On apprend aux mamans à perdre leurs instincts naturels qui les poussent à répondre immédiatement aux besoin de son bébé. Ce qui fait que si l’enfant ne fait pas ses nuits au bout de 3 mois, et bien c’est qu’il a un problème ou que nous parents ne savons pas y faire.

Et forcément nous avons tendance à écouter les professionnels de santé qui nous entourent. Entre alors en jeu le fait que l’enfant nous « manipule » et qu’il faut qu’il « apprenne à s’endormir seul » bien souvent en le laissant pleurer. Nous savons les conséquences que cela peut avoir. Je vous dis tout dans mon article : Pourquoi ne pas laisser pleurer bébé ?

Pourtant quand on prend le temps de s’informer sur le sommeil du bébé et de l’enfant, on s’aperçoit très vite qu’il est tout à fait normal qu’un bébé se réveille plusieurs fois par nuit. Le sommeil de l’enfant devient similaire au notre uniquement vers 5-6 ans. Il n’y a donc pas vraiment lieu de s’inquiéter. Pourtant c’est bien un fait. Les parents se sentent alors épuisés par les déplacements incessants de la nuit et du temps de sommeil qu’ils perdent à essayer de rendormir leur petit dans sa chambre. C’est ce qui s’est passé pour nous avec Emy. Quelle perte d’énergie quand j’y pense ! C’est un problème qui peut être résolu non pas en consultant un professionnel de santé mais en repensant l’organisation des nuits.

Et ailleurs ?

Dans les autres cultures nous ne rencontrons pas ce problème de sommeil des bébés et de leurs parents.

J’aime cette croyance africaine qui pense que quand un bébé naît il n’est pas encore vraiment à nous, il pourrait repartir s’il ne se trouve pas bien traité dans ce monde ou être enlevé par des mauvais esprits. Il ne faut absolument pas le laisser seul et répondre à ses besoins surtout la nuit.

En Australie, les bébés sont « trop importants pour être laissés seuls sans personne pour veiller sur eux ».

En Asie également on dort tous dans la même chambre, cela est tout à fait normal et il y a beaucoup moins de pleurs.

En France les idées commencent tout doucement à évoluer et il y a de plus en plus de parents qui se tournent vers le cododo. Leurs nuits se voient apaisées.

 

Photo Pixabay

Qu’apporte le cododo aux enfants ?

  • Il répond au besoin de proximité du bébé. Un bébé passe 9 mois in utero à être bercé, nourri 24h/24 au contact direct avec sa maman. Comment lui demander dès qu’il naît de se passer de tout ça de façon brutale ? Cette proximité permet aux parents de répondre rapidement aux besoins de leur enfant et ainsi de l’apaiser avant qu’il se réveille totalement.
  • C’est un bonheur partagé : il crée un bien-être pour l’enfant et permet aux parents de mieux profiter de la présence de son enfant surtout s’ils travaillent toute la journée.
  • Il favorise l’attachement avec son enfant et des liens plus forts.
  • L’allaitement est facilité par des tétées nocturnes plus fréquentes et donc une meilleure production de lait adaptée aux besoins du bébé.
  • Il améliore les paramètres physiologiques du bébé. Son bien-être permet de réguler sa respiration, son sommeil, son rythme cardiaque et sa température. Contrairement aux idées reçues, le cododo est préventif de la mort inattendue  du nourrisson ou MIN. En dormant avec ses parents, bébé a un sommeil moins profond avec des réveils plus fréquents. Vous allez me dire quel est l’avantage ? La MIN est un trouble du mécanisme d’éveil qui provoque plus facilement des apnées la nuit. En se réveillant plus souvent, bébé a moins ce risque. Les mouvements des parents stimulent sa vigilance et raccourcissent ses pauses respiratoires. Sa respiration se rythme à celle de ses parents. Le parent est plus attentif aux signes de détresse de son enfant.

Qu’en est-il de du risque d’étouffement avec lequel on nous fait tant peur ? Ce risque n’existe pas si des précautions sont prises : pas de personne fumeuse dans la chambre ni ayant consommée de l’alcool, de la drogue ou un médicament qui rend somnolent. Tout cela altère la capacité de réponse au besoin de bébé. Le mieux est que bébé soit du coté de la maman (entre maman et le mur par exemple) pour éviter tout risque si le papa a un sommeil profond. Les MIN représentent que 3% des bébés dormant en cododo contre 97% dans leur chambre seule.

 

En pratique comment faire ?

Nous qui débutions dans ce domaine, j’avais des appréhensions quant au fait que Laura dorme dans notre lit (étouffement…). Au départ elle était dans son lit à barreaux dans notre chambre mais ce n’était pas pratique. Je devais quand même me lever pour la prendre et pour la reposer. J’ai eu un coup de cœur pour le lit Chicco Next to me qui se fixe au lit des parents. Bébé reste dans son petit lit mais elle était tout à côté de moi sans barrière et en toute sécurité. J’ai adoré pouvoir la regarder dormir.

Quand l’enfant grandit, rien ne nous oblige à placer son enfant du jour au lendemain dans sa chambre. Le cododo à temps partiel permet à l’enfant de débuter sa nuit dans une chambre et de la finir dans une autre en fonction de ses réveils. C’est que nous faisons maintenant avec nos deux enfants et cela fonctionne très bien. Tout le monde semble épanoui et sécurisé. Si le lit parental est trop petit, rien n’empêche de placer un matelas à côté.

Quand est-il de l’intimité de couple vous allez me dire ? Et bien j’ai envie de répondre que le lit parental n’est pas le seul lieu possible pour cela ! Cela peut développer de la créativité et rompre la routine !

Est-ce que l’enfant va devenir autonome ? Les études n’ont montré aucun problème particulier à l’âge adulte.

Vouloir dormir avec ses parents n’est pas un caprice mais plutôt un besoin. Un besoin de sécurité, d’attachement et d’amour. D’ailleurs quand nous sommes en couple nous dormons bien à deux et non pas chacun dans une chambre !

 

Photo Pixabay

En conclusion les études ont prouvé qu’un enfant ayant pratiquer le cododo deviendra un adulte avec une meilleure estime de soi. Il aura moins de culpabilité et d’anxiété ainsi qu’une vie sexuelle plus riche et moins de gêne face aux contacts physiques et marques d’affection. Il est noté un meilleur comportement scolaire.

« Les bras de ses parents pour s’endormir, leur présence rassurante sont nécessaires pour lui donner cette base affective de sécurité qui lui permet de se remettre de tous les efforts et de toutes les angoisses de la journée. » Edwige Antier.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *