Close

Astuces pour favoriser la coopération de l’enfant

 

Il arrive souvent que l’on se brouille avec nos enfants concernant certaines choses qu’on aimerait qu’il fasse mais que bien-sûr lui ne veut pas faire. Je pense par exemple à ranger les jouets, se brosser les dents, éteindre la lumière ou débarrasser la table… Nous avons souvent des réflexes qui enveniment plus qu’autre chose la situation. Nous allons voir quelques astuces pour favoriser la coopération de l’enfant.

 

Photo : pixabay

Les réflexes de base que nous avons :

Quand nous souhaitons que notre enfant fasse quelque chose, nous nous contentons souvent de donner un ordre. Or nous-même, posons-nous la question, aimons-nous recevoir un ordre ? Je crois que la majorité des réponses est non… Cela peut mettre l’enfant sur la défensive et le pousser à nous contredire plus qu’autre chose.

Quand une bêtise est faite, nous avons tendance à accuser ainsi qu’à chercher un responsable : « tu as encore laisser traîner tes chaussures, je te l’ai pourtant répéter des dizaines de fois! »

C’est déstabilisant et culpabilisant pour l’enfant. Les sentiments négatifs l’envahissent comme ce serait le cas pour nous.

L’enfant peut aussi se sentir rabaissé si l’on continue sa phrase par : « tu n’arriveras jamais à faire attention » ou « arrête de faire le bébé il faut grandir maintenant ». Cela entrave l’estime de soi.

Les avertissements et menaces tels que « si tu ne ranges pas tes affaires tu n’iras pas au parc » ont tendance à susciter la peur ou au contraire le sentiment de vengeance chez l’enfant.

Tous ces réflexes que nous avons souvent détériorent la relation parent-enfant.

 

En parentalité positive, on travaille sur des éléments de langage positifs dans le but de favoriser la coopération de l’enfant sans perturber son estime de soi et sans susciter la peur.

 

Photo : pixabay

Quelques astuces pour gagner la coopération de l’enfant : 

Je m’appuie ici sur des ouvrages de parentalité positive comme La discipline positive ou Parler pour que les enfants écoutent et écouter pour que les enfants parlent. Vous trouverez les références ici.

Ces astuces ne marchent pas de façon systématiques pour chaque enfant (ce serait trop facile !) mais néanmoins nous donnent une aide précieuse.

1 – Décrire la situation : « je vois qu’il y a de l’eau par terre » ou « la veste est sur le sol » plutôt que « qui  mis de l’eau par terre ? » ou « viens ramasser ta veste tout de suite ». Cela permet à l’enfant de se concentrer sur le problème et le fait réfléchir à ce qu’il peut faire pour y remédier.

2 – Renseigner l’enfant sur ce qui doit être fait : « les chaussettes sales vont dans la corbeille de linge dans la salle de bain ». Cela habitue l’enfant à savoir ce qu’il doit faire. Ce qui nous paraît évident ne l’ai pas forcément pour lui et il n’a peut-être pas toutes les informations.

3 – Faire sa demande en un mot : « chaussures ! » quand par exemple elles traînent au milieu du séjour. Les enfants n’aiment pas les grands monologues ni les leçons de moral. Un simple mot peut lui rappeler qu’il a quelque chose à faire. Cela l’incite à réfléchir à la solution.

4 – Exprimer nos sentiments : utiliser le « je » plutôt que le « tu » qui est souvent accusateur et culpabilisant. « Je me sens vraiment en colère quand je vois ces chaussettes sales traîner par terre. J’ai besoin que la maison soit en ordre pour me sentir bien », plutôt que : « tu laisses toujours traîner tes chaussettes sales, tu es insupportable ». Cela permet à l’enfant de mieux comprendre l’énervement de son parent sans se sentir attaquer ou menacer.

5 – Faire un message écrit attire l’œil de l’enfant et l’intéresse. Même un enfant qui ne sait pas lire va venir demander ce qui est écrit sur le papier. Exemple : post it laisser sur le lave vaisselle « merci de ranger ici ton bol sale après le déjeuner ».

 

J’essaie régulièrement de tester ces diverses méthodes avec Emy et en effet elles fonctionnent bien plus souvent qu’un ordre !

 

N’hésitez pas à me dire si ça fonctionne chez vous !

A bientôt !

Sarah

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *