Close

8 astuces pour éviter les crises entre 12 et 18 mois

A cet âge-là, l’enfant a tendance à toucher à tout, il est en mode découverte et apprentissage et ne se rend compte ni du danger, ni de ce qui est bien ou mal. Voici 8 astuces pour éviter les « crises » entre 12 à 18 mois et faire en sorte que les parents et l’enfant soient dans une relation gagnant-gagnant.

 

Photo Pixabay

 

1. Dire STOP plutôt que NON :

Quand nous disons NON, l’enfant ressent le reproche et voit la dureté de l’expression de notre visage. A force d’entendre régulièrement ce NON, d’ici quelques mois c’est lui qui va vous dire non à chaque demande par mimétisme. Le STOP est plus impératif sans être blâmant, il interrompt le mouvement et notre visage n’est pas dur.

 

2. Intervenir Physiquement :

Les gestes sont plus efficaces que les mots pour l’enfant. Il est important de se mettre à sa hauteur, de lui montrer avec des gestes ce qu’on attend de lui et quel est le comportement à avoir. Ne pas hésiter à le rediriger ailleurs pour occuper son esprit à une autre activité.

 

3. Sécuriser l’environnement :

L’enfant ne peut pas comprendre les règles et les interdits. Il a soif de découvrir son environnement. N’hésitez pas à mettre hors de sa portée les objets que vous ne souhaitez pas qu’il touche pour lui éviter toutes tentations inutiles. Il ne comprendra pas pourquoi il n’a pas le droit d’y toucher.

 

4. Lui demander une seule chose à la fois :

Il comprend les mots mais ne peut pas les mémoriser longtemps. Il est incapable de retenir deux idées à la fois, d’où l’intérêt de formuler une seule demande à la fois.

 

5. Lui indiquer ce qu’il faut faire :

Il ne comprend pas la négation. Quand vous lui dites : « ne touche pas à cet objet », son cerveau intègre « touche à cet objet ». C’est pour cela que souvent l’enfant va faire le geste en vous regardant dans les yeux, et cela pas pour vous défier mais pour être bien sur que c’est ce que vous attendez de lui.

Dites lui plutôt ce qu’il peut faire. Par exemple plutôt que de dire « ne marche pas dans la flaque », préférez « marche à côté de la flaque ». Cela demande un peu d’entrainement mais se révèle très efficace.

 

6. Reconnaître avec des mots son besoin :

Il n’a pas la notion du temps. Il peut sembler impatient pour tout car en réalité il ne comprend pas la notion d’attente et de patience. Le simple fait de lui formuler que vous comprenez son besoin peut lui permettre de patienter.

 

7. Pour patienter avant un repas, lui donner un morceau de fruit ou crudité :

Quand l’enfant a faim, sa glycémie chute ce qui provoque chez lui de l’agressivité et des pleurs qui sont involontaires. Pour qu’il puisse attendre le début du repas plus sereinement, n’hésitez pas à lui donner un petit quelque chose à grignoter comme un morceau de pomme ou de concombre.

 

8. Échanger avec lui sur ce qu’il voit ou désire :

A cet âge-là, l’enfant dit très souvent « je veux » quand il voit quelque chose, ce qui peut nous agacer car nous prenons ça comme un « caprice » et un désir de possession. Il ne fait pas la différence entre le désir d’avoir et la désignation. La plupart du temps il cherche juste à nous montrer ce qu’il voit. En disant NON, nous créons les pleurs par notre incompréhension.

Reconnaissez plutôt ce qu’il voit et parlez-en ensemble : « tu as vu le nounours ? c’est vrai qu’il est beau, il est grand ».

 

Photo Pixabay

 

Toutes ces astuces sont tirées de l’excellent livre « J’ai tout essayé«  d’Isabelle Filliozat. En les mettant en pratique elles aident vraiment à éviter certaines crises, à mieux comprendre son enfant et à être plus serein.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *